LA BRÛLURE DU FLEUVE

Le Caquetá, affluent colombien de l'Amazone, est aujourd’hui l’un des fleuves présentant l’un des taux de contamination au mercure les plus élevés au monde.

 

Certains peuples vivant sur ses rives, tels que les Murui-Muinane, avaient déjà été classés « en voie d’extinction physique et culturelle » par la Cour constitutionnelle colombienne en 2009.

Leur existence est d’autant plus menacée que les populations riveraines du Caquetá subissent depuis les conséquences de l’extraction d’or illégale, qui déverse chaque jour d’importantes quantités de mercure dans le fleuve. Ce métal lourd est à l’origine d’un lent génocide, et réduit peu à peu à néant toute forme de vie dans cette partie de l’Amazonie.

Par ailleurs, les populations autochtones subissent la présence de branches dissidentes des FARC, qui imposent leurs règles sur ce territoire et financent leurs activités grâce à l’orpaillage. C’est pourquoi toute voix qui tenterait de dénoncer la contamination au mercure qui en découle est réprimée dans la violence par les groupes armés.

 

Le court-métrage La Brûlure du Fleuve, tourné dans l’une des « zones rouges » de Colombie, illustre la tragédie qui s’opère dans l’ensemble du bassin amazonien, et offre une tribune à des populations abandonnées par l’État, pourtant garantes de la permanence de notre monde.

 

 

Documentaire présenté dans le cadre de l'exposition photographique Río Veneno.

 

 

 

Pour toute demande de projection, merci de contacter l'association Igapo Project.